Notice: Undefined property: stdClass::$is_proxy in /home/alaunfmh/public_html/wp-content/plugins/ip2location-country-blocker/ip2location-country-blocker.php on line 2243
A la Une - Élections de 2021, les véritables défis d'une année électorale exceptionnelle - La Vie Éco
Vitrine de veille informationnelle

Élections de 2021, les véritables défis d’une année électorale exceptionnelle – La Vie Éco

Les préparatifs des prochaines élections «générales» ont démarré. Et c’est parti pour une année électorale bien particulière. L’année 2021 étant, en effet, une année électorale par excellence. Et pas comme les autres. Elle sera marquée par le renouvellement de l’ensemble des institutions représentatives nationales locales et professionnelles, qu’il s’agisse des conseils communaux, provinciaux et régionaux et des Chambres professionnelles, outre l’élection des représentants des salariés puis des deux Chambres du Parlement. Pour démarrer, le ministère de l’intérieur, véritable artisan de l’opération électorale et, de par sa neutralité, garant de son intégrité et sa transparence, a déjà entamé les rencontres d’usage avec les partis politiques. Le ministre, Abdelouafi Laftit, a reçu, dans un premier temps, en présence du ministre délégué Noureddine Boutayeb, les leaders des partis politiques représentés au Parlement. Quelques jours plus tard, c’est au tour de chefs des autres partis d’être reçus par les responsables de ce département. Les chefs de partis sont invités, entre autres, à présenter, dans les délais raisonnables, des mémorandums portant leurs propositions de réforme des lois électorales et de l’amélioration de tout le processus. Les partis reçus dernièrement par le ministre de l’intérieur n’ont pas attendu pour lui faire part de leurs propositions qui ont porté essentiellement sur la révision des lois encadrant le processus électoral, le mode de scrutin et l’annulation du seuil. Mais au delà de cet aspect technique et du caractère particulier des prochaines échéances, se posent certaines questions de fond. Il est ainsi permis de s’interroger sur le contenu politique de toute l’opération. En d’autres termes, qu’est-ce que nos formations politiques proposent pour un Maroc de l’après-Covid et pour accompagner le lancement du nouveau modèle de développement? Car, comme le constate par exemple le think tank Al Mountada, dans sa contribution remise à la CSMD, «les aspirations des Marocains sont légitimes, bien que le progrès et les avancées réalisés depuis 20 ans soient énormes et dussent être défendus, de nombreux défis demeurent. Ces défis ne sont pas propres au Maroc, ni même aux pays de la région, mais également aux pays plus avancés économiquement ; du chômage en Europe, à la pauvreté et aux carences des services publics aux États-Unis, ces pays connaissent des crises de leur système politique».

Manque de confiance

Mais au Maroc, en plus des préoccupations d’ordre économique et social, qui risquent d’ailleurs de s’accentuer davantage, les partis politiques doivent faire face à…

Lire la suite

Vous pourriez aussi aimer

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous retirer si vous le souhaitez. Accepter Lire Plus